Toi

Toi la femme qui me guète

T’as rien comprit a cette vie

Ni au besoin qui nous a unit

Toi la femme  qui m’enquête

T’as rien saisit de ce plaisir

Ni put marier son désire

Toi la fille qui s’embête

De vouloir aimée

Cette chaleur donnée

Oui toi la fillette

Qui ferme son cœur

Et habite sa douleur

Il est temps de grandir

Et comme une rose éblouir

Advertisements
%d bloggers like this: